15 mai

Tendance Miroirs

Depuis quelques saisons, le miroir devient un incontournable de la décoration. Cette pièce classique et intemporelle n’est plus seulement utilisée pour sa fonction première qui est de refléter la silhouette mais devient un objet de décoration à part entière ! Petit, grand, rond, carré, contemporain ou d’inspiration vintage, les designers le déclinent à l’infini.

A la fois fonctionnel et esthétique, le miroir a la particularité de sublimer une pièce, il est idéal pour agrandir et illuminer l’espace tout en donnant une touche originale à la décoration. Le miroir peut ainsi être disposé dans de nombreuses pièces de la maison, de l’entrée au salon en passant par la chambre ou la salle de bain.

Red Edition a choisi d’éditer deux miroirs au design sensuel et élégant, cher à l’esprit parisien revendiqué par la marque. Pour ces objets tant précieux que séduisants, le laiton doré a été travaillé avec élégance de façon à apporter chaleur et caractère aux intérieurs. Ces deux miroirs peuvent s’adapter à n’importe quels intérieurs, modernes ou classiques, tant féminins que masculins.

Fabriqué à la main, le miroir Ellipse a été imaginé par notre studio de création. Sa forme organique et son chic minimaliste lui confèrent charme et contemporanéité. Tel un bijou dans un intérieur, il se veut tendance et luxueux grâce à l’alliance de son cadre en laiton et du verre gris fumé.

Le studio a également choisi de détourner un objet symbolique, le Totem. Tout en verticale, le miroir Totem possède des lignes graphiques très dessinées et beaucoup de caractère. Il est réalisé à partir de deux miroirs fumés rose et gris, reliés par une barre centrale en laiton. Trônant comme une sculpture, cette pièce se veut très décorative mais offre également la possibilité de varier les reflets et moduler la lumière grâce à un de ses volets pivotant.`

Invitez les dans votre intérieur !

3 avril

Les tissus Dedar

Pour habiller nos assises, la team créa de Red Edition (Marie, Marion et Cyril) s’associe avec les meilleurs éditeurs de tissus. Après Aldeco, Elmo et Pierre Frey, Dedar est le petit nouveau.

Fondée en 1976 par Nicola Fabrizio et par son épouse Elda, passionnée de tissus et de tapis, Dedar est aujourd’hui encore une passion familiale. Depuis 1997, Caterina et Raffaele codirigent l’entreprise avec leurs parents et apportent leur contribution et leur regard tourné vers l’avenir. Les collections explorent plus que jamais la relation entre expression graphique et art textile, deux domaines qui mettent en valeur depuis toujours le savoir-faire de Dedar. Liberté d’inspiration, élégance, force d’expression, goût de l’expérimentation, amour des belles choses et une grande palette de couleur sont les maîtres-mots de la collection Dedar.

Sensible au savoir-faire et à la qualité des tissus Dedar, Red édition a donc choisi tout naturellement d’habiller ses fauteuils Floating Noir Mat des tissus WOW et Tweed. Le WOW est un jacquard de velours texturé alternant motifs graphiques bleu sarcelle et rouge. Revêtu de ce tissu fort et coloré, le Floating Noir Mat a la particularité de réveiller un intérieur et de lui donner du caractère. Dans une version plus classique, le fauteuil Tweed à motif chevron apportera chic et discrétion.

15 mars

Le cannage inspire nos créations

En 2017, les matières naturelles et végétales reviennent en force dans le domaine de la décoration et le cannage a le vent en poupe !

Cette technique de tissage se fait à l’aide de canne de rotin, une plante connue pour sa souplesse et sa très grande solidité. Le plus souvent, c’est le rotin naturel ou « rotang » nom d’origine philippin, qui est le plus utilisé. Il est traité et coupé en fines lanières puis tressé afin de faire apparaître différents motifs.

Le saviez-vous ? C’est à la fin du XVIIème siècle que les anglais et les hollandais commencèrent à importer le rotin d’Asie, où ils avaient leurs comptoirs. Alliant confort et robustesse, le cannage séduit également par son exotisme et connaitra le succès en France à partir de la Régence (1715-1723) puis sous Louis XV. Il habille canapés, fauteuils, têtes de lits ou chaises puis se modernise, notamment au début du XXème. En effet, en 1859, Michael Thonet créé la chaise à l’assise cannée n°14 dite « chaise bistrot », celle-ci deviendra une icône du design mobilier industriel ! S’en suivront d’autres modèles mythiques faits de cannage comme par exemple la chaise Cesca B32 de marcel Breuer (1928) ou bien la table Rio de Charlotte Perriand (1962).

Chaise n°14 – Thonet

Chaise Cesca – Marcel Breuer pour Thonet

 

Ce savoir faire ancestral est aujourd’hui revisité, on lui ajoute de la couleur, de l’originalité ou de la légèreté. Le studio de création de Red Edition a choisi de remettre au goût du jour ce savoir-faire en éditant le Canapé Cannage, une pièce contemporaine dans ses volumes et son design.

 

Histoire d’en savoir un peu plus sur cette tendance, Marie, notre directrice artistique, s’est prêtée au jeu de l’interview…

  • Marie, d’après toi, pourquoi le cannage est-il la tendance du moment ?

Le cannage est tendance car il y a un désir de retrouver des matières naturelles et vivantes, en lien avec la tendance du wellbeing et du mieux vivre au naturel en ville. Il y a un retour certains à des matières qui inspirent un art de vivre de qualité et les matières naturelles comme le cannage, la paille, le tressage, les belles laines font parties de cet héritage. En réaction aux matières synthétiques et aux produits sans caractère, il ya un désir chez le consommateur de renouer avec les belles matières, organiques, vivantes, qui respirent, évoluent avec le temps. C’est renouer avec la beauté des matières qui ne sont pas figées mais qui évoluent avec le temps, se patinent. Le coté tactile du cannage et son aspect raffiné attirent aussi les consommateurs en quête de confort élégant et de valeurs sures.

  • Avec quelles autres matières peut-on marier le cannage ?

Le cannage se marie avec toutes autres matières naturelles telles que les gros coton ou le lin avec ses fibres apparentes, des tissus qui auront un coté « rustique chic » prononcé. Il se marie aussi très bien avec les textiles comme le velours que nous avons choisi pour nos revêtement. Il peut aussi se jouer en mariage avec des matières innovantes et techniques pour carrément casser son coté classique et créer la rupture.

  • Quelles on été les sources d’inspirations pour le Canapé Cannage ?

Les sources d’inspiration ont été de retrouver des techniques artisanales anciennes et de les moderniser, de les transposer dans un design contemporain pour le consommateur moderne. Après la laque que nous travaillons chez Red depuis longtemps, nous avons décidé de nous tourner vers des techniques de tressages et de cannage, en proposant une version pour salon avec un design épuré et stylé et en association avec des matières raffinées et de haute qualité (bois teinté, laiton, velours…).

  • Dans quel style d’intérieur le vois-tu ?

Le cannage s’associe avec tout type d’environnement, il apporte la touche « naturelle sophistiquée » nécessaire à tout environnement. Les intérieurs tendances d’aujourd’hui sont un mélange subtil de codes et de références de divers horizons, c’est ce coté éclectique qui crée l’atmosphère unique et particulière de certains lieux. Il ne faut donc pas hésiter à oser les mariages, même insolites, entre les meubles, les tableaux et les accessoires. En ce sens le cannage pourra être harmonieux aussi bien avec des meubles vintage que classiques ou contemporains. C’est une matière qui ne prend pas le dessus mais se fond avec élégance dans nos intérieurs en apportant aussi un petit coté « exotique».

6 juin

La couleur idéale !

Red aime mettre en scène son mobilier design dans un écrin qui sait le sublimer…

Nous avons fait appel à Farrow & Ball, la marque anglaise haut de gamme de peinture et de papiers peints aux couleurs inimitables pour mettre en scène notre mobilier dans l’appartement Red, et tout récemment dans notre corner du Printemps.

Pour trouver le ton correspondant parfaitement à l’esprit de nos créations, un expert couleur Farrow & Ball a nous a prodigué de précieux conseils : le Hague Blue, bleu intense et satiné est depuis lors devenue la couleur signature de nos différents espaces.

Hague Blue de Farrow and Ball

Hague Blue de Farrow and Ball

Si vous envisagez de relooker votre intérieur, Farrow & Ball saura vous orienter vers les teintes qui vous correspondent : la marque organise des séances gratuites de 15 minutes dans ses showrooms pour recevoir une aide et des conseils déco personnalisés : vous pouvez prendre rendez vous dès maintenant avec le showroom du Marais, tout proche de l’appartement Red.

http://eu.farrow-ball.com/instore-colour-consultations/content/fcp-content

24 septembre

American Design

Coup de coeur

En mai dernier nous avons visité l’exposition American Design – Panorama du design Américain contemporain organisée chaque année par la galerie Triode. S’il y a des choses que l’on oublie en un instant cette exposition nous a tellement marqués qu’elle flotte encore dans nos esprits et il nous vient l’envie de vous en parler maintenant.  Fondée par Jacques Barret, cette galerie est devenue la vitrine européenne pour les jeunes créateurs d’Outre-Atlantique, c’est The référence.

Nous avons complètement flashés sur les créations de Jason Miller : luminaires aux frontières de l’objet d’art conceptuel, leur élégance nous a conquis.

Créations Jason Miller

Créations Jason Miller

TRIODE SHOWROOM
28 rue Jacob, 75006 Paris
http://www.triodedesign.com

 

5 août

Bonnes vacances (en Grèce)

Les vacances arrivent voir, ont déjà bien commencées.

Si vous n’allez pas en Grèce, ce n’est pas grave, mais préparez votre trip pour l’année prochaine. Les Cyclades ne cesse de séduire les amoureux, les familles ou les petits adultes qui y trouvent beauté, mer chaude, salades fraîches et petits villages. Quand on parle des Cyclades tout le monde y va de « son » ile préférée en la décrivant en long en large et en travers sans donner la carte pour y arriver. Et pour cause ce que l’on aime en Grèce c’est le sable, l’eau et ne rien voir à l’horizon, surtout pas son voisin de palier !

Astypalea

Mais nous ne sommes pas comme ça chez Red Edition ! Voici le top 3 des îles testées par Cyril Laborbe dont le rêve ultime serait « de construire un cube en Grèce »:

L’île du Grand bleue bien sûr : Amorgos – Serifos – Astipalea

Aux noms de déesses grecques ces îles en ont la beauté et la sagesse.

1 juillet

Rencontre avec Stéphan Lanez

Il était architecte, il a lancé Marcel By, il est le directeur artistique de Chevalier Edition : nous avons rencontré Stéphan Lanez.

Stéphan Lanez vous avez commencé comme architecte, qu’est-ce qui vous a amené progressivement aux objets ?

Je suis designer de formation (ENSAD) mais j’ai commencé ma vie professionnelle en architecture. C’est en montant ma propre agence que je suis retourné naturellement vers mes premiers amours : le meuble et l’objet.

Regrettez-vous l’architecture ? En quoi cette discipline imprègne votre travail ?

Je ne regrette pas l’architecture !  Je travaille sur certains projets d’architecture lorsque je le peux, lorsque je ne suis pas trop pris par d’autres missions de direction artistique ou de projets de design produit. En janvier dernier j’ai conçu l’agencement de la boutique Maison Chevalier à Neuilly sur Seine et en ce moment je travaille sur l’aménagement d’un appartement.

Quels sont vos critères de sélection et de choix pour la maison Chevalier Edition ?

Je travaille avec Chevalier édition depuis son lancement. J’ai ainsni mis en place avec Camille Chevalier tout le concept de cette maison. En tant que directeur artistique, mes critères de sélection sont créatifs tout en restant en cohérence avec le développement commercial fort de la marque : c’est indissociable ! Le tapis n’est pas un produits facile à travailler. J’essaye de simplifier certains de nos choix pour une cohérence optimisée.

Stéphan Lanez

Vous avez été à l’origine de Marcel By, quel est l’objet qui vous a le plus marqué ?

Je crois que ce qui m’a le plus marqué n’est pas un objet en soi, mais la justesse du travail de JUN YASUMOTO lorsqu’il a dessiné la chaise APRIL à ma demande. Un zero faute dès le premier coup de crayon et une ergonomie parfaite ! Chapeau bas !

Quel objet ailleriez-vous voir éditer ? L’idée qui vous taraude ?
Ca m’éclaterai de sortir un brasseur d’air – ventilateur de plafond. J’ai une idée bien precise sur la question !

Et un tire-bouchon aussi, une chaussure pour enfants, une ceinture aussi… En fait, j’ai plein d’envies !

Qu’aimez-vous dans Red Edition ?
La fraicheur que véhicule la marque et son positionnement stylistique assez fort.  Je sais que la marque est en train d’évoluer sur de belles ouvertures. Hâte de voir ce que cela donnera…
Quels sont vos projets pour 2014-2015 ?

Un sac de voyage pour une jeune marque de bagagerie, un fauteuil pour une marque de canapé, un luminaire pour une autre maison d’édition, une nouvelle collection avec Chevalier édition, quelques projets d’architecture…

Retrouvez l’univers de Stéphan Lanez   www.stephanlanez.com

22 mai

THE style scandinave

Pourquoi tout le monde se damne pour le « style scandinave » ? Et qu’est ce que c’est que le style scandinave ? De loin et en gros c’est un parquet peint en blanc, du bois clair, des pieds compas et des luminaires plus ou moins compliqués qui ont la particularité de diffuser une lumière douce et chaleureuse. Si en plus le luminaire est signé Pool Henningsen, le fauteuil Arne Jacobsen et la table Alvar Aalto vous êtes pile poil en plein milieu du style scandinave.

Pour mieux comprendre ce goût sûr et mondialement recherché des scandinaves, je suis allée discuter avec Rebecca Helewa Graversen, chargée de projets culturels à la Maison du Danemark à Paris.

Tous le intérieurs scandinaves (et Danois en particulier) reflètent un certain esthétisme, un agencement intelligent souligne-t-elle. La Scandinavie vit souvent dans le noir et le froid : ses habitants font de leur intérieur un endroit douillet et chaleureux où il fait bon passer du temps. Ca tombe sous le sens.

Une demeure scandinave est « hugge ». Ce terme comprend les notions de convivialité, de bien être, il décrit l’harmonie des logis danois. Et si finalement c’est cette harmonie se dégageant des intérieurs scandinaves qui nous poussent tous vers ce design simple et exigent… intelligent. Finalement peu importe le meuble, la signature, ce qui compte, c’est l’agencement et l’attention portée à toutes choses. Allez, on cache le moche et on sublime ce qui peut l’être pour vivre comme les scandinaves.

http://www.maisondudanemark.dk/

4 avril

Tapis, tapis… berbère !

Pour trouver de beaux tapis Berbères nous avons décidé d’aller faire un tour à Tangers. Il faut se donner les moyens de ses ambitions !

A Tangers vous trouverez non seulement les tapis de vos rêves (bien moins cher qu’à Paris) et vous profiterez aussi de la douceur de vivre de cette belle ville blanche à la croisée du Maroc et de l’Espagne qui se tient bien droite entre Océan Atlantique et la Mer Méditerranée.

Pour réussir votre voyage voilà nos quelques adresses et conseils.

Pour vous mettre dans l’ambiance :  partez avec une nouvelle de Paul Bowles, cet écrivain américain installé au Maroc dès 194,  décrit l’ambiance de sa ville d’adoption avec un réalisme emprunt de poésie.

Pour trouver votre fameux tapis : visitez http://www.bleudefes.com/ dans une ruelle du Petit Socco. Vous y trouverez tous les styles de tapis marocain, du Boucharouite au Beni Ourain, montez à l’étage vous régaler. Le transport n’est pas un problème, votre tapis arrivera à Paris presque en même temps que vous.

Pour dormir : le Nord Pinus. Dans la Medina, cet hôtel surplombe la ville avec sa jolie terrasse en Zellige. Le petit déjeuner est servi sur cette dernière : royal et marocain ! Le couscous est incroyable et Kadija et son équipe sont adorables et de très bons conseils. L’hôtel mythique de Tanger, El Minzah n’est malheureusement plus à la hauteur de son histoire. http://www.nord-pinus-tanger.com/fr/reservation.htm

Évidemment il y a une multitudes d’autres choses à voir et savourer à Tanger mais vous êtes venus pour les tapis !

26 décembre

Red love Tof

TOFDRU est illustrateur, il a beaucoup collaboré pour la presse et il est à parier que vous avez déjà croisé ses créations dans les pages des magazines ou… sur nos sacs ! On aime beaucoup son travail ici chez Red et avons beaucoup de projets avec lui. En attendant de vous les révéler, nous l’avons interviewé à l’occasion de l’ouverture de La Mine, une école de dessin d’un nouveau genre pour les 6-12 ans.

Sacs Red Edition by Tof Dru

Sacs Red Edition by Tof Dru

Tof, quel est ton parcours ?

Formation Arts Plastiques, puis Arts Appliqués.

Directeur artistique dans la pub au début, puis illustrateur et graphiste pour :

– la presse (Libé, Télérama, Inrocks, SoFoot, Doolittle, Vanity Fair, Usbek & Rica…)

– la pub (Nike, Pepsi, Sfr, Beaubourg, L’Huma, Ray-ban, Fnac…)

– la musique (Andy Partridge, Lily Alen, Carlos Gardel, Weepers Circus…)

– l’édition (Flammarion, Robert Laffond)

Que fais tu aujourd’hui ?

Je continue mon parcours 😉 sauf que je suis désormais tous les mercredis à LA MINE. Enfin !

Comment définis tu ton style ?

Je dirais « Collage & Zigouigoui ».

Coloré, pétillant, gai et parfois brutal, mais jamais cru ni glauque.

 

Quelles sont tes inspirations ?

Les collages de Max Ernst, Raoul Hausmann, Hannah Hôch, John Heartfield, Erro.

Le graphisme de Paul Rand, Saul Bass, Herb Lubalin, Max Hubert.

Les peintures de Dubuffet, Chaissac, Basquiat, Vuillard.

L’univers de Tomi Ungerer, Tod Schorr, Jim Flora, Miroslav Sasek

Les dessins de Siné, Sempé, Abner Graboff, Saul Steinberg.

Les affiches de Savignac, d’Hervé Morvan, Donald Brun

Bref, que des contemporains quoi !

Pourquoi ouvrir un lieu pour les enfants ?

J’en suis encore un ! Mais dans un corps d’adulte !

J’ai envie de partager mon amour du dessin, de l’art, de la typo, de l’affiche avec eux. J’ai longtemps travaillé avec des enfants en tant qu’animateur et directeur de colos, et quand j’ai arrêté, ça m’a beaucoup manqué. Accompagner les sorties scolaires de mes filles, organiser les fêtes de l’école ne me suffit plus. Et j’ai eu la chance de trouver cet endroit qui, avec l’appui de mes proches (amis et famille) est devenu LA MINE !

Ecole la MINE

Ecole la MINE

Que vas tu leur proposer ?

Un lieu unique et ludique où les enfants pourront développer leur pratique créative librement, tout en apprenant les techniques des arts plastiques pour les mettre en forme. Connaître les outils fondamentaux et découvrir (maîtriser selon l’âge) ceux d’aujourd’hui.

Faire un dessin au fusain c’est bien. Le scanner pour en faire une affiche à l’aide de Photoshop en y ajoutant de la typo, en intervenant sur les couleurs et la composition, c’est autre chose.

Faire vivre une création en l’animant image par image pour raconter une histoire et aborder des notions de mise en scène et de cadrages, c’est du jamais vu !

Alors si en plus, on se marre en le faisant, et qu’on apprend que le surréalisme est né à Paris avec André Breton et ses copains; si on peint de la main gauche les yeux fermés comme Dubuffet pour se libérer de toutes les contraintes intellectuelles et académiques, ça devient un exutoire formateur !

Par curiosité comment t’y prends tu pour créer une affiche ? Tu coupes ou tu n’es que sur ordi.. ?

D’abord, je fais des croquis pour camper l’idée et la composition, puis je plonge dans mes livres, catalogues et revues, je les scanne et les assembles à l’ordi, un peu à la manière des décalcomanies de ma jeunesse. Disons que le collage numérique offre beaucoup de souplesse et des possibilités infinies. Il a également le mérite de ne pas endommager mes documents.

Cependant je garde le plaisir de la colle et des ciseaux pour des travaux personnels.

Qu’aimes tu dans Red Edition ?

On n’est pas dans la pâle copie de meubles 50’s, mais dans l’hommage aux lignes et au design de l’époque revus par des designers d’aujourd’hui. Et cela se ressent dans toute la collection.

Je suis également sensible aux matières de qualité, aux associations de bois, laine, laque, bambou qui font qu’on est dans du design haut de gamme, à des prix qui ne le sont pas. Moi je dis : CHAPEAU !

24 décembre

Red love Yellow Velvet

Yellow Velvet c’est une pillow gallery : un site de vente en ligne que de coussins.
Attention pour Carole Dugelay, la fondatrice, le coussin n’est pas futile il est l’essentiel accessoire d’une déco signée !

Sabrina Ficarra, la directrice artistique de Red Edition a fait une sélection dans cette moelleuse galerie pour vous donner des envies et des idées.
http://www.yellowvelvet.com/fr/

Notre sélection de coussins

Notre sélection de coussins

17 décembre

Red loves Chevalier Édition

Chevalier édition est une maison d’édition de tapis noués à la main au Népal, fondée par Camille Chevalier en 2008. Toutes les étapes de fabrication sont traditionnelles et manuelles : laines peignées main, teintes des matières, nouage du tapis sur des métiers de haute-lice, ciselage pour affiner les motifs… L’ambition de Chevalier Edition est de marier création contemporaine et techniques d’artisanat ancestrales. Depuis son lancement la maison a édité près d’une quarantaine de designers qui ont su renouveler le genre et redonner ses lettres de noblesse à la carpette. Sabrina Ficarra, la directrice artistique de Red, pense à eux lors de la scénographie de notre dernier pop up store.

Tapis Nova

Tapis Nova

 

« Quand j’ai fait la scéno à l’hôtel Marshall, le lieu avait des proportions tellement incroyables que la première chose à laquelle j’ai pensé pour créer des espaces chaleureux et intimes, c’est de compartimenter l’espace en utilisant des tapis. J’ai eu tout de suite le réflexe Chevalier Editions et Camille et Stéphane ont tout de suite été très réactifs.
Je trouve que leur proposition permet une déclinaison qui met en valeur les styles, avec des formes atypiques, mes préférés :

Le panier de Stephen Burke, la Tresse de Samuel Accoceberry, la série Nova de Studio Frst, Cintas de Patricia Urquiola, Marelle de Albert Boton, Accident 1de Stephane Lanez ».

13 décembre

Red loves Kidimo

Oui c’est vrai, Red Edition love Kidimo.

On connait le principe : chiner ou acheter de vieilles lettres d’enseignes pour décorer son home sweet home.

Vous en trouverez toujours en brocante ou sur quelques vides-greniers mais le spécialiste des lettres d’enseigne c’est Nicolas Flachot, le fondateur de Kidimo. En 2010 il fonde Kidimo avec de bons copains fans de typo. Depuis ils traquent ensemble les lettres des plus classiques au plus folles partout dans le monde. Vous pouvez vous commander « Cuisine » ou « Martin je t’aime » en petites ou immenses lettres sur son site.

RED en lettre Kidimo

RED en lettres Kidimo

Kidimo ne fabrique pas, chaque mot composé est une création unique, le plaisir reste dans la trouvaille et l’exclusivité. C’est en trouvant aux puces les trois lettres du prénom de sa fille que Nicolas a eu l’idée de Kidimo. Ok, « Lou », c’est plus facile que « Marie-Constantine » mais quand même fallait y penser !

http://www.kidimo.com/en-un-mot

13 décembre

Red loves les éditeurs audacieux !

Depuis la création de Red Edition Cyril a tissé des liens avec ses contemporains : des éditeurs exigeants, modernes et talentueux qui résonnent avec l’esprit de Red Edition. C’est ainsi que Petite Friture, Marcel by et Haymann Editions sont devenus nos amis. Éditeurs d’objets quotidiens décoratifs ils sèment leurs créations dans nos intérieurs et mettent en valeur le talent d’une nouvelle génération de designers avec passion.

On s’est amusé à vous sélectionner nos fétiches.

Chez Petite Friture : La lampe Tidelight de Pierre Favesse et la suspension Moire de Marc Sarrazin

Lampe Tidelight de Pierre Favesse                             Suspension Moire de Marc Sarrazin

Lampe Tidelight de Pierre Favesse                                    Suspension Moire de Marc Sarrazin

 

Chez Marcel by,

Le miroir de Samuel Accoceberry et le lampadaire de Stéphane Lanez

Miroir de Samuel Accoceberry Lampadaire de Stéphane Lanez

Miroir de Samuel Accoceberry                                        Lampadaire de Stéphane Lanez

Chez Haymann éditions on aime
David Haymann déjà !

Les tables basses de Dan Yeffet et Lucie Koldova

Tables basses de Dan Yeffet et Lucie Koldova

Tables basses de Dan Yeffet et Lucie Koldova

 

8 décembre

Red loves Lampe Gras

En 1922 Bernard-Albin Gras créé une gamme de lampes pour l’industrie et les bureaux d’étude. La lampe Gras naissait. Elle ne comporte ni vis, ni soudure : elle est inusable.

Pour ses 35 ans Cyril reçoit la 207 à Cyril, il en rêvait. L’année d’après fait son premier Maisons & Objets et fait la connaissance de Fred Winkler l’un des fondateurs de DCW qui a relancé l’édition de ces fameuses lampes industrielles. Tout de suite, les lampes GRAS ont éclairé les scénographies RED et se marient à notre Collection Fifties. Depuis, Sabrina et Cyril en font quasiment collection, la 205 CH WH, le lampadaire 215 CH, le réflecteur rouille, le spot 304 BL reflecteur jaune, l’applique atypique (potence) 213 : et c’est pas fini !

Lampe Gras 207

Lampe Gras 207

C’est un plaisir de rejoindre une troupe d’aficionados telle que Robert Mallet-Stevens, Jacques Ruhlmann, Eileen Gray, Sonia Delaunay ou Georges Braque. Voilà le plus joli CV de l’indémodable Gras.

29 novembre

Youpi, voilà Jippi

Jippi veut dire Youpi en norvégien. Jippi c’est une bande de quadra sympas qui ont rapporté des merveilles de Norvége, patrie de Siv Tone, la meneuse. Si ce nom vous dit quelque chose  c’est que vous connaissez Finger in the Nose, la marque de mode enfantine dont elle est co-fondatrice. Jippi c’est d’abord des peaux de bête (rennes ou mouton) rapportées de  Norvège : « Les bêtes dont sont issues ces peaux sont toutes élevées au grand air, certaines à l’état sauvage, pour la consommation de leur viande.

Jippi

Jippi

L’utilisation des peaux relève d’une tradition ancestrale en Scandinavie, remontant aux premiers habitants de ces contrées au climat rigoureux. Le tannage des peaux Jippi se fait dans le respect strict de la nature, dans des conditions très réglementées, l’écologie étant une valeur fondamentale de la culture scandinave. » Red adore Jippi qui ne s’arrêtera pas au poil : l’ambition de la sympathique bande c’est de promouvoir le design et le savoir-faire norvégien. Pendant 2 mois ils exposent leurs trouvailles 40, rue des Blancs Manteaux à Paris. Vous trouverez aussi votre bonheur sur leur e-shop. www.jippidesign.com

16 octobre

CASE STUDY HOUSE

Entre 1945 et 1966 une expérience architecturale a vu le jour autour de Los Angeles. L’idée était de créer des maisons économiques et modernes. Les plus grands de l’époque s’y sont essayés. C’est le rédacteur en chef de la revue Art & Architecture, John Entenza, qui est à l’initiative du projet et qui a réussi à rassembler autour de lui : Neutra, Soriano, Ellwood, les Eames, Koenig et Saarinen.

CSH_22_inspiration_red_edition (3)

Case Study House N°2, Los Angeles, CA.1960.
Architecte: Pierre Koenig
Photographe: Julius Shulman

Le casting fait rêver mais le projet était bien ancré dans la réalité. L’idée était de concevoir des maisons individuelles, économiques et fonctionnelles en vue du boom que provoquerait la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, grâce à ce projet il existe une trentaine de CSH. Malheureusement Monsieur Phenix qui construit la plupart des maisons individuelles en France, ne s’en est pas inspiré.

Celle des Eames est un bijoux de modernité, d’intelligence et d’esthétique. La numéro 22 de Pierre Koenig a été le décor de très nombreux film dont les Bijoux d’Hitchcock Le projet est à découvrir dans le très bon livre des éditions Taschen.